Les feux de l’amour

D’où vient ce désir naissant,

Quand, dans les mots brûlants,

Montent la fièvre des cœurs impatients ?

Sève indolente s’écoule,

Encre tenace prise dans la glace,

Tout se tient, rien ne s’écroule.

Gravé dans le marbre, rien ne s’efface.

Portée au pinacle, la Poésie

Met nos corps au pilori.

Rassasiés de phrases et d’images

Fait l’effet après d’un mirage.

Le brasier turgescent attend,

Sous-jacent, réclamant

De fondre dans l’instant

Pour libérer les pénitents.

(21/08/2020)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s