Esmeralda

Tu ressembles à une bête

Tes instincts s’apprêtent

Quand le jour descend

Et fou l’amour tu rends

Le festin de nuit fini

Éteintes toutes les bougies

Les reflets vert jaune du jour

Nous enveloppent autour

Je te vois sorcière, créatrice de feux

Qui éclairent l’obscur odieux,

Crépitements du tout, jamais

N’empêchent que je renaisse.

Tes yeux alors m’irradient

Tout alors n’a pas été dit

Brûlé, je sens naître la fusion

De deux êtres à l’unisson.

(23/9/2020)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s