Ombres et lumières

La nuit je te cherche

Là où tu n’es pas.

C’est toi pourtant que je vois

À travers les draps rêches.

L’aube à peine arrivée,

Mêlée d’encre noire et bleue

Dessine un corps merveilleux

Sous la voûte étoilée.

Quand le soleil inonde

De ses rayons le monde,

Heureuse est ma peine

Dans ses errances quotidiennes.

Quand des nuages sombres,

Au large, à la pénombre,

Du bateau, TOI à la proue

MOI à la cale, remontent les fous.

Ce matin la mer est lisse

Comme ta peau est tendre.

Je m’y plonge sans attendre,

Caressant l’onde qui plisse.

(3/02/2021)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s