Se bâtir une philosophie (chap. 11)

Je ne sais pas vous mais moi je ne sais plus où donner de la tête. Mon esprit est constamment, ou presque, occupé, matraqué d’informations et d’injonctions, de sentiments, d’émotions, de pensées. La pensée intime, celle qui vous permet de garder et suivre une conduite raisonnée, droite, conforme à vos convictions et intuitions est menacée. Vous n’êtes plus dans cette « zone de confort » rassurante. Cette crise sanitaire bouscule nos vies, nos habitudes, nos « petits » rituels, pourtant essentiels.

Tout apprentissage nous contraint (par des formes différentes) à quitter cette zone de confort. A la dépasser, donc à se surpasser. Pour apprendre, il faut se faire mal et accepter une sorte de malaise, de danger. Il faut se mettre en danger. Il faut savoir supporter la peur du changement, de l’inconnu. Cette nouvelle donne peut nous être donnée par les différentes étapes de la vie, dans les besoins élémentaires qui sont devoir se nourrir, grandir, s’insérer dans une famille ou une société, et à son tour procréer et élever sa descendance. Puis l’école vous dicte les (ses) vérités, rectifie votre ignorance, déconstruit vos certitudes, croyances, préjugés…

Cette crise de la Covid, brutale, nous oblige à nous adapter et à affronter nos peurs de tomber malade, de voir des proches atteints, d’être contraints dans nos vies de ne plus pouvoir sortir de chez soi, ne plus avoir de relations familiales, amicales, sociales. La comparaison avec un état de « guerre » est évident. Même si l’ennemi n’est pas humain.

En général, dans ces cas-là, les réactions humaines peuvent amener deux phénomènes. Certains vont souffrir mais vont pouvoir se « raccrocher » encore à de l’humain. Avoir confiance en l’autre, aider ses proches qui en ont besoin, créer dans liens dans leur immeuble, leur quartier, leur village. Continuer ou entreprendre des choses positives, occuper sainement leur temps (ceux qui peuvent travailler ont à ce titre deux atouts majeurs : être dans l’action tout en s’adaptant aux règles sanitaires ET agir positivement pour une société en danger), entreprendre de faire des choses qu’ils n’auraient jamais pensé faire un jour : pratiquer de l’exercice physique, lire, dessiner, écrire, chanter, danser…

Et puis, il y a une une partie des gens dont la confiance, déjà beaucoup entamée, s’est détériorée lorsque cette pandémie et toutes les restrictions sont arrivées. On pourrait énumérer à l’infini les causes qui les font devenir complotistes, radicaux, intégristes (causes obscurantistes liées à des croyances religieuses, signe de Dieu, esprits maléfiques…), illuminés religieux ou prophètes de la fin du monde (la Bible contient un dernier chapitre intitulé « l’apocalypse »).

Mais, du coup, c’est la peur qu’ils ne supportent pas. Je pense, incapables d’affronter une telle épidémie qui a pourtant toujours existé dans l’Histoire. C’est une manière pour eux, confrontés à un phénomène monopolisant tout le spectre médiatique, d’exister. Certaines oppositions politiques profitent aussi de la situation pour avancer leurs pions.

Pour terminer, je dirais que cette pandémie est une catastrophe, une sorte de tremblement de terre qui a détruit une partie de nos constructions jusqu’aux fondations. Dans ces cas-là, c’est l’union sacrée qui prévaut.

(2/03/2021)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s