Marche du matin

Marchant au matin orageux,
Pas à pas en équilibre,
Ne cherchant aucune cible,
Évitant si possible l’horrible.

Gris le ciel, fraîche la pluie,
Dans l’esprit tout s’évanouit.
Asséchée par le cruel été,
La vie renaît sous mes pieds.

Un bleu toujours sur la peau,
Je veux tout oublier,
Même sur ce chemin souillé.
L’air et le vent frais ne sont pas des héros.

Personne ne sait,
Personne n’est prêt.
Souffrir est le lot
De toute l’humanité en gros.

Je suis en panne de lucidité
Tel un pyromane en manque d’idée.
Moi, le feu que j’attends
Est ce parfum d’amour violent.

Dans ton lit ou dans le mien
La nuit toujours je retiens.
Idéale femme fatale
Donnera la dose létale.

(15/08/2022)

Publié par

Emmanuel Bouget

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s