Plus encore

Le fleuve cette année là s’était figé

Des brises – glaces avaient même été dépêchés

De sa dureté le froid avait changé le décor

Et la ville révélait un autre monde et plus encore

Péniches emprisonnées, eau gelée et marronniers givrés

Neige blanche de salissure des chaussées au blanc scintillant des lueurs

Des dégradés de gris à foison des tons de brumes aux toits des monuments

Un silence assourdissant ou si soudain de brutalité

Les rayons du soleil tardaient à apparaître

Car le fog épais s’évaporait quand il voulait

Dans mes souvenirs mon esprit aussi s’était arrêté

Avant de repartir le temps de se réchauffer

(7/02/2018)

Publié par

georgescinq

Passionné de littérature et de philosophie, j'écris de la poésie, des articles et de la prose que je voudrais faire partager. Ce blog ouvert le 26 décembre 2017 où quelques créations sont mises en ligne va s'enrichir progressivement d'autres éléments comme des photos, des liens vers d'autres sites, textes d'auteur.e.s... (en respectant la propriété intellectuelle).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s